Le chabbat fait son entrée en poèmes vendredi prochain!

Tous les vendredis nous chantons ces merveilleuses poésies antiques qu’on appelle les Psaumes.

Mais qu’en est-il de la poésie israélienne ? Chaque mois, Lily nous fait découvrir un pan de cette littérature, au croisement de la tradition et de la modernité.

Nous parlerons donc de poésie et de littérature, la première rencontre sera une présentation générale du lien entre la poésie israélienne et les sources traditionnelles. La rencontre a lieu de 18 h à 18h40, nous serons ponctuels.

Les dates 

6 octobre, 3 novembre, 8 décembre, 26 janvier, 9 février, 23 mars,     6 avril, 18 mai et 15 juin.

Auteurs et poèmes

Avraham Shlonski Revêts-moi, ma chère mère, d’une splendide tunique rayée

 

Nathan Zach Contre la séparation

 

Léa Goldberg Poème du fils prodigue

En chemin

A la maison

A son retour

 

Touvia Rivner Dans la rue vide

 

Dan Pagis Écrit au crayon dans le wagon plombé

Europe il est tard

Publicités

Parasha Shoftim: Naïveté ou honnêteté?

Chers amis,

Ce chabbat, nous reprenons le chemin de Surmelin pour les offices.
J’espère que vous avez passé un bel été.

Nous parlerons de la parasha vendredi soir et la lirons samedi matin.

Voici l’un de ses versets dont nous pouvons dire quelques mots dés maintenant:

תָּמִ֣ים תִּֽהְיֶ֔ה עִ֖ם יְהוָ֥ה אֱלֹהֶֽיךָ׃

Tamim (entier) tiyé (tu seras) im (avec) adonaï (L’Eternel) élohéHa (ton Dieu)

Le mot תמים est intéressant. Vous le reconnaissez car c’est le nom donné au ‘simple’ dans la hagada de PessaH, le « tam ». Nous utilisons également ce qualificatif pour Noé ainsi que pour Abraham.

Il signifie également la probité.

On peut s’interroger sur le sens de ce mot: Que signifie « Être honnête avec Dieu »?

S’agit-il d’être honnête envers lui? Mais pourrait-on tromper Dieu? Alors comment ne pas être probe à son égard? N’est-ce pas lui qui « sonde les profondeurs de nos entrailles et nos pensées secrètes », ainsi que nous le disons dans la liturgie de Rosh Hashana et de Yom Kipour?

S’agit-il d’être honnêtes avec lui, à ses côtés? Ou encore avec son aide?

Sommes-nous nous-mêmes honnêtes, et selon quels critères?

En ce jour de Rosh Hodesh Eloul, à quelques semaines à peine des fêtes de Rosh Hashana, nous commençons notre examen de conscience avec ces questions fondamentales…

Ces thèmes feront partie de nos réflexions ce chabbat.

Je vous souhaite une excellente rentrée à toutes et à tous, et au plaisir de vous voir très bientôt.

Voici quelques sources connexes pour approfondir…

https://libertejuive.wordpress.com/2014/08/29/zetetique-et-ethique-juive-paracha-choftim/amp/

https://www.paroles.net/anne-sylvestre/paroles-l-honneur

http://vincentberthet.com/les-6-regles-de-lhonnetete-intellectuelle/

ledor vador – Une prière spéciale Bar ou Bat Mitsva

Nous aimons mettre nos Bné et Bnot Mitsva à l’honneur.
Les Chants « Dynamiques » de l’office permettent de créer un lien direct entre l’officiant/le jeune Bar mitsva et l’assemblée/la famille et les invités.

Plusieurs de nos membres m’ont demandé de l’aide pour qu’ils puissent apprendre ce chant, ce petit article est destiné à répondre à leur demande.
« Lédor Vador » est de ce point de vue un moment phare.
En effet, ce chant met en valeur les paroles de la troisième bénédiction de la Amida, que l’on nomme « Kédouchat hachem ». Le rythme soutenu de l’échange avec le public permet un très bel échange. La mélodie et les paroles sont simples et permettent aux non hébraïsants de se joindre à l’assemblée.
Les paroles de ce chants sont très fortes pour nos jeunes, elles mettent en valeur la transmission.
« Lédor Vador », de « génération en génération », sont les mots les plus repris. Il est particulièrement émouvant car à l’occasion de leur Bar ou Bat Mitsva, les jeunes annoncent « de génération en génération » et leurs parents, les adultes et l’assemblée les suivent et répètent après eux.

Les mots en translittération sont:
« lédor vador naguid godléHa oulénetsH nétsaHim kédouchatéHa nakdich véchivHaHa élohénou mipinou lo yamouch léolam vaèd, ki el méléH gadol vékadoch ata. »

Ils signifient:
« De génération en génération nous dirons ta grandeur, et d’éternité en éternité nous sanctifierons ta sainteté, la reconnaissance de ta bonté ne quittera jamais notre bouche, car tu es un dieu grand et sacré. »

Les voici en hébreu:
לְדוֹר וָדוֹר נַגִיד גָּדְלֶךָ וּלְנֵצַח נְצָחִים קְדֻשָּׁתְךָ נַקְדִּישׁ וְשִׁבְחֲךָ אֱלֹהֵינוּ מִפִּינוּ לֹא יָמוּש לְעוֹלָם וָעֶד כִּי אֵל מֶלֶךְ גָּדוֹל וְקָדוֹשׁ אָתָּה בָּרוּךְ אַתָּה ה’, הָאֵל הַקָּדוֹשׁ

Pour info: notre Talmud Torah accueille les enfants jusqu’à 3 ans avant leur Bar ou leur Bat Mitsva, pour les préparer non seulement à ce grand événement mais aussi à bien connaitre leur identité juive.

 

 

Pour vous aider, une vidéo sur youtube: